Il est temps de se remettre au boulot

Oui, il est temps de reprendre le fil de la blogosphère. C’est bien la peine de créer un blog pour ne rien y publier, pffffff, shame on me !

Mais quelle année mes agneaux, quelle année ! Entre boulot, enfant, déménagement, formations le soir en ligne, tricotages, bavardages, grippes et autres virus sympathiques, création d’un baby n°2 (téléchargement toujours en cours, affichage sur vos écrans prévu le 20.08.16), j’ai virevolté au gré de la tornade de projets qui m’a assaillie que j’ai mise en œuvre.

Et ce n’est même pas terminé puisqu’un autre déménagement se profile à l’horizon de juin, nous avons trouvé une jolie maison au vert, au calme, au milieu des champs, donc, moi, ma clique, mes claques et le tonneau qui me sert présentement de ventre, repartons pour une joyeuse livrée de cartons et de bordel.

Mais j’ai quand même quelques petites choses à vous montrer !

Il y a tout d’abord des projets secrets pour ma filleule. Mais CHUUUUUT, vous découvrirez le trousseau de naissance en juillet, quand cette demoiselle aura pointé le bout de son nez et que je l’aurais ensevelie sous la layette. Un petit aperçu, sans trop en dévoiler :

Il y a aussi les projets pour Numérobis, notre baby à nous, qui avancent petit à petit.

1. Une petite veste tricotée dans une laine que j’ai découverte grâce à une boutique que j’adore, Le chat qui tricote : de la Uncommon everyday de The uncommon thread. Dire que j’adoooooooooooooooooooooooooorrrrrrrrrrrreeeeeee cette laine avec ses jolis pointes de couleurs est très probablement très en-deça de la vérité vraie.

IMG_4749

J’ai craqué sur la laine avant de choisir le modèle. J’ai ensuite opté pour un modèle Phildar, issu d’un « vieux » catalogue de 2012 spécial layette été. Je vous passe la fastidieuse étape du recalculage intégral du patron pour l’adapter à ma laine. Je ne vous décris pas la non moins fastidieuse étape de l’assemblage, pendant laquelle je me suis jurée d’arrêtée de tricoter chaque pièce séparément.

IMG_4680

Il est GRAND TEMPS que j’apprenne enfin à maîtriser le tricot circulaire, quelle que soit la technique utilisée. Ces moments de désespoir ont donné lieu à l’achat compulsif de patrons qui se tricotent de bas en haut ou de haut en bas. Mais ceci fera l’objet d’un autre article.

Le résultat final vaut tout de même l’investissement car la veste est exactement comme je la voulais :

IMG_4691

Sans les boutons

 

IMG_4747

Avec les petits boutons

Je me suis attaquée à une robe assortie. Là, point de modèle, j’ai créé mon propre patron. Ça donne ça :

IMG_4745IMG_4746

Un gros shmilblick que je suis seule à comprendre pour le moment je pense lol

Plus concrètement, ça donne toutefois un ensemble dont je suis assez contente, même si la robe n’est pas tout à fait terminée puisque je dois relever des mailles pour finir l’encolure, idem, j’ai prévu des petites manches courtes :

IMG_4744

Voilà donc mes dernières tribulations tricotesques.

J’ai encore quelques petites choses à vous montrer prochainement. Elles sont tricotées mais je dois encore les bloquer et les assembler. Ensuite, je vous parlerai de mes futurs projets …

Bécots

Bon tricot

A bientôt ^_^

DMAT

Une vague de layette

Mon blog est en jachère, mais il paraît que c’est bon pour l’équilibre naturel ^_^

Je suis venue à bout de mes cartons puis j’ai enchaîné avec une méchante grippe, mais quand je dis méchante, j’ai été arrêtée 10 jours !! Je n’avais jamais eu de grippe, alors elle s’est dit « toi, toi, là, avec ton air dédaigneux et ta bonne santé, tu vas voir, je vais pas te rater, tu vas manger grave en 2016, tiens. T’as cru que tu m’entourlouperais tous les ans, que tu me la ferais à l’envers, mais la vengeance est un plat qui se mange froid. »

Une pauvre chose meurtrie roulée en boule au fond de son lit, 5 jours à 40°, avec l’impression d’avoir été rouée de coups avec une batte de base-ball, j’ai perdu 2 kilos en 10 jours, je plafonnais à 8,4 de tension les jours fastes, début de pneumonie, la totale !

J’ai mis un moment à remonter la pente et à retrouver le goût de vivre (minute dramatique). Bon j’déconne, juste à remonter la pente.

Bon, allé, mais c’est quand qu’on parle de tricot ?

MAINTENANT !!

Je vais être MARRAINE !!!!!! Cet été. D’une petite nenette. C’est-y pas génial ça ?

Alors, je suis en mode monomaniaque layette. Le hic, c’est que ça ne va pas aider ma jachère, vu que la maman de cette future top model surdouée est abonnée au blog. Loose. Obligée d’attendre cet été pour vous dévoiler mon délire tricotesque.

La bonne nouvelle, c’est que j’ai réalisé une couverture tirée d’un modèle que j’ai déjà fait (Phildar), et que j’adore, mais avec une laine dont je ne suis pas satisfaite du rendu final alors j’ai décidé de la garder.

Du coup, je peux vous la montrer, HIII HAAAAAA !

IMG_4605IMG_4606IMG_4602IMG_4607Niveau modèle, rien à dire, le motif est superbe, à tricoter, c’est génial car on retient très rapidement l’enchaînement des 8 rangs et des 4 motifs qui se répètent, donc ça se tricote rapidement sans besoin de regarder le diagramme tout en n’étant pas monotone.

J’ai voulu passer une laine de mon stock, une qualité Pingoin mais qui date de presque 30 ans (récupération d’un stock gigantesque de la mère grand). C’est là que l’on voit que la laine d’aujourd’hui est tout de même d’une autre qualité.

Même après blocage, elle a tendance à rouloter sur les côtés et à rester un peu molle ; elle manque de tenue. Son toucher n’est pas très doux, ce qui est quand même gênant pour une couverture nourrisson. A la rigueur, cela convient comme couverture de landeau, sans contact direct avec la peau de bébé.

Mais moi, quand j’offre, je veux que ça soit FAR-PAIT !

Alors je la garde et ça me fait un bon prétexte pour ensemencer mon blog de ce petit billet !

Douce soirée, Bécots et à bientôt,

DMAT

Modèle Phildar tiré du livre « Cadeaux de naissance, 50 modèles à tricoter » aux Editions Marie Claire.

 

En mode monomaniaque

Alors, oui, voilà, je suis monomaniaque.

J’ai encore réalisé un petit ouvrage assorti au bonnet à pompon.

J’ai carrément hésité à vous le montrer. Me suis dit, non, je vais encore les soûler avec mon assemblage de couleur, mes rayures, toussa.

Mais fallait bien que je termine ces restes de laine, ma bonne dame ! Marre de les avoir dans le stock depuis des lustres.

Alors, j’ai sévi cette fois avec un petit chèche / shawl / cowl bandana, bref, je finis par y perdre la raison avec tous ces noms, un petit truc qui tient chaud aux cous des gnomes d’amour. Place aux images, c’est ce qui parle le mieux ^_^ :

IMG_4418

IMG_4419

Pas de tuto mais rien de bien compliqué puisqu’il s’agit juste d’un triangle avec l’alternance de couleurs Renne, Sable et Bleu Ciel déjà utilisées, le tout agrémenté de petits glands en Pilou + .

J’ai adapté l’alternance de couleurs au gré de ce qui me restait de laine.

Impossible de montrer une photo en situation étant donné la chaleur de ces derniers jours. Pti gnome l’enlève avant que je n’ai le temps de dégainer le mode photo de mon smartphone. Je ne sais pas ce qu’il en est par chez vous mais ici, il fait 20°, pas vraiment un temps à écharpe …

Cette fois, pas de problème de longueur ou de largeur, il est juste parfaitement adapté à sa taille. Chouette !

IMG_4425 IMG_4426

Bon début de semaine.

A bientôt

DMAT

Edit du dimanche soir

Voici ensembles … l’ensemble « premiers frimas »  ^_^

Tricoté pour mon loulou, dont vous avez eu un aperçu séparément.

Finalement, l’idée de ne pas nouer l’écharpe mais de la superposer avec un petit maintien fonctionne pas mal et cela tient bien chaud aux petits cous fragiles ^_^

IMG_4377

IMG_4372

IMG_4375

Difficile d’immortaliser un petit d’homme plein d’énergie et de bougeotte 😉

Passez une excellente semaine !

A bientôt

DMAT

#premiers frimas 2

Non, non, je n’ai toujours pas pris le temps de mettre les pressions sur l’écharpe « ratée » …

Pti gnome utilise encore mon Nurmilintu en guise de cache-cou.

Par contre, j’ai appris une nouvelle méthode, le magic loop, et j’en ai donc profité pour lui réaliser un bonnet. Je voulais un bonnet bien rond, bien profond pour cacher ses mini oreilles et surtout, surtout, un ENOOOOOORME pompon. Le genre de pompon que tout le monde aurait envie de toucher, bien rond, bien dodu, bien doux, qui bougerait en même temps que ses petits pas, pom pom pom pom …

Alors le magic loop … Haheum … Ben c’est quand même chiant vachement pratique pour lutter contre la méga allergie que je déclenche dès que je touche un set de 4 aiguilles. Si, je vous jure, crache par terre, je suis allergique aux 4 aiguilles. Ca me déclenche tout un tas de symptômes bizarres en même temps, c’est instantané : j’ai les doigts qui fourmillent, la rate qui courbouillonne, les neurones qui se touchent, les cheveux qui pétaradent, je prends des plaques rouges juste sur les pommettes, je tachycarde, brindicarde et tout ce qui finit en carde. Bref, c’est mortelle comme allergie, je rigole pas avec ça alors je fais super gaffe. J’en touche JAMAIS, JAMAIS, nan, nan. J’ai arrêté les 4 aiguilles, stress post traumatique.

Bon. Le bonnet, so. Et le pompon.

Suis méga fan de mon bonnet. J’ai un peu chié loupé les changements de couleurs avec le magic loop (pourtant j’ai tout bien fait la technique de je passe la maille 1 du rang 2 du changement de couleur etc.) … J’ai un peu d’écart au niveau des mailles des « oreilles de mickey » mais grosso modo, c’est pas mal. Améliorable mais pas mal pour une première.

Surtout que je n’ai pas utilisé de tuto donc j’ai corsé l’affaire : pas de tuto, premier magic loop, impro totale pour les diminutions (j’ai juste détricoté deux fois, ça va), je suis assez contente du résultat.

Et mon pti gnome d’amour il est ultra craquant avec son méga bonnet qui lui protège bien la tête le matin pour aller chez Nounou. Cet après-midi, tous ses copains de square ont voulu toucher son pompon ^_^ !

IMG_4344

IMG_4339

IMG_4336

IMG_4334

Alors, il est pas trop choupi mon pti gnome avec son pompon (si, je suis une mère totalement objective !!)

A bientôt !

DMAT

Modèle perso en magic loop. Reste de laine Phildar (Pilou +, Intemporel et Cabotine)

Premiers frimas

Ouille ouille ouille …

Je vous délaisse, je vous abandonne, je ne suis pas assidue, j’abuse. Nan, en fait, je suis débordée, c’est la rentrée et comme vous tous, c’est chaud. Boulot, boulot, boulot … Et pis des petits bobos liés aux premiers frimas (donc on prend froid). Et des pbs de voiture alors on perd du temps à en changer …

Bref.

Premiers frimas donc.

Et là, le drame, la mère indigne, le père aussi : on n’a pas d’écharpe pour Pti gnome d’amour. Ni une ni deux, je file dans mon gros tas de laine et j’en sors ce qu’il faut pour répondre au problème.

J’y vais fort : pour me faire pardonner, je la double. Un côté pile, un côté doudou. Pour le pti cou.

IMG_4297 IMG_4298

Et paf, ratage : elle est very jolie mon écharpe mais elle n’est pas assez longue. J’ai tout bien mesuré, j’ai essayé sur le petit cou du Ninou mais j’ai sous estimé l’effet du doublage. L’écharpe est plus épaisse, donc plus compliquée avec la longueur choisie de la nouer.

Pô grave, j’ai une soluce, juste pas eu le temps de la mettre en oeuvre encore … Je vais y coudre des petites pressions pour ne pas avoir à la nouer mais simplement à la superposer. J’vous dirais si c’est une bonne idée !

A bientôt

DMAT

Modèle perso. Reste de laine Phildar (Intemporel, Pilou + et Cabotine)

Monsieur Barthélémy

Impossible pour moi de ne pas penser à Monsieur Barthélémy ou à Anatole quand on me parle de Philémon. Car, pour ma part, Philémon, avant d’être une veste oversize qui bouloche, c’est d’abord et avant tout la poésie, l’aventure merveilleuse sur les lettres de l’océan Atlantique où l’on affronte le piano sauvage lors de grands concerts, où les voiliers naviguent dans les bouteilles, où des comédiens – barbares jouent sur des vaisseaux théâtres et doivent satisfaire l’exigence des criticakouatiques et où les Manu – Manu s’habillent en Marionnettes sur l’île des Brigadiers et collectionnent les bibelots – humains les bibelots, de préférence bien sûr.

Philémon, c’est, en filigrane, la mélancolie, la nostalgie de ces doux moments volés, souvenirs puisés au fond de ma Mémémoire, où j’allais chiper les albums BD de mon père quand il était au boulot, pour savourer l’univers poétique, rêveur, ubuesque et fantasque de ce grand Monsieur Fred, qui aujourd’hui nous dessine des nuages en forme d’hommes – papillons ou de lokoapattes.

C’est pour cela que, à l’heure du second T, alors que je tricotais tranquillement en songeant à Simbabbad de Batbad (un pote à nous, jamais dispo, toujours à le chercher), je me suis dit « Au train où vont les choses, il va me rester deux pelotes de Ande une fois mon Philémon terminé ».

Je me suis sentie comme une naufragée du A, perdue.

Qu’allais-je faire de cette laine ? Trop gros fil pour me tricoter un bonnet sauf si je voulais me retrouver dans l’enfer des épouvantails. Pas assez pour me confectionner des mitaines. Pfffff, j’aurais bien demandé à Félicien quel était son secret pour m’aider un peu mais je suis fière et trop timide.

J’ai alors pensé à faire un petit top pour mon pti gnome d’amour. Au vu de la quantité de laine, je n’avais pas 25 options, j’ai dont opté pour le pull sans manche avec un petit col V. Je n’allais pas chercher midi à quatorze heures, le chat à neuf queues ou le mouton à cinq pattes : done, my project is born !

Je voulais de la torsade pour rappeler Philémon mais pas de mousse, pffff, le Diable du peintre si je refaisais encore ce looonnng et ennuyeux point mousse !! J’ai phosphoré un moment avant de me décider pour le point de blé.

J’ai finalisé le tout au crochet, un rang de mailles serrées. Et là, le drame : quel âne en atoll je fais ! Je voulais avoir un côté ouvert avec deux petits boutons. Emportée par ma quête du top parfait telle l’aventurière à la recherche de l’Arche du A, j’ai tricoté tête baissée et foncé vers la boulette : j’ai zappé complet la confection des boutonnières.

Tricoter n’est pas un long fleuve tranquille, ça ressemble parfois au voyage de l’incrédule : t’y croies pas tellement t’es tête en l’air, genre perchée dans un château suspendu.

Au final, la tête passe bien par le trou. OUF !

Manquait plus que le baptême. Avant la lettre B comme Barthélémy, il y a la lettre A comme Anatole. Mais bon, si j’aime beaucoup les ânes, et encore plus ceux qui sont fan de chardons, j’ai toujours une pensée émue pour le puisatier tombé au fond de son puits sur le A de l’océan Atlantique.

Monsieur Barthélémy est donc né ! Pour accompagner Philémon ! Youhou !

A bientôt !

DMAT

Laine Ande gris mix de DROPS, Modèle sorti tout droit de mon imagination, Taille 2 ans

Merci Fred pour tout ce que vous m’avez apporté de poésie et de rêves …

Philémon, en 16 tomes, aux éditions Dargaud :

Avant la lettre, 1978

Le Naufragé du « A », 1972

Le Piano sauvage, 1973

Le Château suspendu, 1973

Le Voyage de l’incrédule, 1978

Simbabbad de Batbad, 1974

L’Île des brigadiers, 1978

À l’heure du second « T », 1975

L’Arche du « A », 1976

L’Âne en atoll, 1977

La Mémémoire, 1977

Le Chat à neuf queues, 1978

Le Secret de Félicien, 1981

L’Enfer des épouvantails, 1983

Le Diable du peintre, 1987

Le Train où vont les choses, 2013